CR de la réunion entre l’APEC et la direction

L’APEC a rencontré la direction du conservatoire le 13/01/21. Compte tenu des récentes modifications, certains sujets peuvent déjà avoir évolué…

  1. Point sur le protocole sanitaire

Les consignes sanitaires pour les conservatoires émanent du ministère de la culture. Chaque conservatoire élabore son propre protocole en fonction de ces consignes et des contraintes locales (par exemple: configuration des bâtiments). Ces consignes sont validées par le préfet.

Le conservatoire de Nantes élabore son protocole de la façon suivante :

  • Les consignes sont celles du ministère de la culture, transmises par la DRAC au conservatoire. Il peut y avoir des variations entre régions, selon les DRAC.
  • Le conservatoire sollicite la DRAC et s’appuie le cas échéant sur le réseau des conservatoires de France pour avoir une interprétation la plus juste possible des consignes,
  • Le conservatoire élabore son protocole,
  • Le conservatoire valide son protocole auprès de la ville de Nantes, pour s’harmoniser avec les consignes locales,
  • Le protocole est soumis au préfet pour validation.

Suite aux annonces du 14 janvier, le protocole actuel pourrait évoluer. Il faudra attendre la décision de la préfecture pour savoir s’il y a dérogation possible ou non pour les cours après 18h.

Concernant la voix : Le dernier décret en vigueur indiquait l’interdiction de reprise pour l’art lyrique. Comment définir l’art lyrique ? Théoriquement il s’agit de l’opéra, mais les enfants ne chantent pas d’opéra. Selon l’interprétation de ‘Musique et Danse en Loire Atlantique’, le chant choral n’est pas de l’art lyrique, il n’y a donc pas de raison pour que les chœurs ne puissent pas reprendre. Des clarifications ont été demandées à la DRAC.

Contrairement aux autres médiathèques municipales, celle du conservatoire ne peut pas reprendre car elle partage son entrée avec le conservatoire dont l’accès est régulé pour  éviter les brassages.

  1. Confinement et numérique

De nombreuses actions ont été mises en place par les enseignants, sous différentes formes. Certains enseignants ont rencontré des difficultés pratiques (manque de matériel, connexion défectueuse, panne…), d’autres n’avaient pas la culture numérique nécessaire et ont eu du mal à se former. Le bilan de la direction : la plupart des problèmes identifiés étaient d’ordre matériel.

Une demande a été faite auprès de la collectivité pour équiper les professeurs : 80 ordinateurs ont été demandés, il est fort probable qu’ils n’arriveront pas avant la fin de la crise, mais cela pourra permettre une continuité dans les actions mises en place.

Pour les enseignants avec des problèmes de réseau, il a été proposé de venir faire les visios depuis le conservatoire (en essayant de limiter le nombre toutefois, d’autant que le wifi n’est pas disponible dans tout le conservatoire).

Des formations ont été proposées par les collectivités territoriales dans le cadre de webinaires. Les enseignants se sont également formés sur le tas, entre eux ou encore avec l’aide de grands élèves. Le bilan de la direction : la grande majorité des professeurs s’est impliquée pour adapter les pratiques.

La direction a volontairement choisi de ne pas être interventionniste et de laisser aux enseignants le choix des moyens pour préserver un lien constructif avec les enfants ; chaque coordinateur de département était chargé de faire remonter à la direction comment les choses se passaient dans son département.

Les parents d’élèves remarquent qu’il est important, surtout pour les plus jeunes, de garder un contact humain et vivant avec le Conservatoire. Certains élèves n’ont eu que des échanges par mail avec leurs professeurs pendant les confinements. L’APEC demande à ce que, si les difficultés d’organisation des cours venaient à se prolonger, chaque élève puisse avoir un échange en direct (visio ou téléphone) avec un enseignant (FM, instrument ou pratique de groupe) au moins une semaine sur deux, même si c’est une discussion et non un cours. La direction approuve et transmettra la consigne.

 Le conservatoire a engagé une réflexion sur l’utilisation du numérique à l’avenir, et la possibilité de capitaliser les expériences des contraintes de ces deux dernières années. Le numérique a été abordé lors du conseil pédagogique de janvier. 

Le point de vue de la direction : les apprentissages artistiques comportent une part de sensibilité que le numérique ne parvient pas à transmettre. Les outils numériques pourront être utilisés de façon limitée, mais ne remplaceront pas la relation entre l’élève et son professeur. Les limites des outils numériques sont d’autant plus problématiques pour la danse. L’enseignement de la musique gardera un aspect “artisanal”, et cela prendra du temps d’introduire les outils numériques dans l’enseignement du conservatoire. 

Le point de vue de l’APEC : La relation élève – professeur reste la base de l’apprentissage de la musique, néanmoins la crise sanitaire a montré que le numérique pouvait apporter des nouveautés intéressantes (ex: conseils à distance sur l’installation d’une batterie ou d’un tabouret de pianiste, enregistrements des morceaux par le prof pour l’élève et réciproquement, etc.). Il est important que le conservatoire s’engage dans une démarche de recensement et de partage des bonnes pratiques mises en place par les professeurs, sans contrainte mais de façon à encourager les nouvelles pratiques apparues pendant la crise, chaque fois que celles-ci sont bénéfiques pour l’apprentissage des élèves.

Un retour sur cette période est indispensable pour faire un bilan. L’APEC propose de créer un formulaire pour avoir une idée plus précise du vécu de la période par les élèves. L’APEC rédige le formulaire, le partage et valide avec la direction et assure le traitement des réponses. La direction accepte de transmettre le lien vers le questionnaire de l’APEC pour faciliter sa diffusion. 

  1. Évaluations et passages

    La direction nous rappelle que la consigne donnée aux enseignants est d’évaluer avec bienveillance, en prenant en compte la progression des élèves dans des conditions difficiles plutôt que leur niveau.

    Pour le passage de cycle 1 en cycle 2, l’évaluation se fera uniquement en contrôle continu, qui avait déjà un poids plus important dans la décision que l’audition. Les élèves qui avaient bien progressé dans le cycle avant le confinement passeront en cycle 2, et pourront bénéficier d’une année supplémentaire dans ce cycle pour compenser leur niveau si besoin avant un passage en cycle 3.

    Pour les élèves en cycle 2, qui étaient déjà en contrôle continu hors période de confinement, les évaluations sont inchangées. De la même façon, un élève dont la progression est bonne mais le niveau affaibli par le confinement pourra passer dans l’année supérieure.

    La direction attend donc des taux de passages habituels : il y aura des maintiens comme lors des années habituelles, mais pas au-delà.

    Pour le passage en cycle 3, dont l’examen est remplacé cette année par du contrôle continu, la direction s’inquiète d’une possible baisse d’engagement des élèves, la situation actuelle du monde du spectacle et de la culture pouvant décourager les vocations et inquiéter les parents.

  1. Projet d’établissement, consultation et rencontre avec les élus

La direction nous informe que le projet d’établissement doit être renouvelé (Lien vers le projet actuel) Les bases resteront identiques, les 6 enjeux restant d’actualité.

Les déclinaisons seront différentes, orientée vers une diffusion plus large de la culture artistique développée par le Conservatoire, que ce soit sous forme d’antenne, de projets ou de collaboration.

La réflexion sur l’avenir du Conservatoire se fait en lien avec la Direction Générale de la Culture et de l’Art dans la Ville, dont le nouveau directeur prend son poste en février. La direction souhaite voir les parents d’élèves participer à un groupe de travail sur le sujet, ce que nous acceptons avec plaisir.

L’APEC signale que l’association ayant réussi à se réorganiser, elle souhaite prendre contact avec l’élu à la culture, Aymeric Seassau, afin de se faire connaître, et d’appuyer certains dossiers, dont la mise à disposition de matériel informatique pour les enseignants.. La direction nous indique que l’interlocuteur privilégié du Conservatoire est Michel Cocotier.

  1. Prochaine rencontre

Une prochaine rencontre est fixée le 17 février à 15h, afin de partager les résultats du questionnaire à destination des élèves et des parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *